FR EN
line-blue

Biographie

Quel âge as-tu ? 45 ans.

Quelle est ta profession ? Je travaille pour une organisation gouvernementale au sein de laquelle je suis chargé de négociations internationales. J'ai pour le moment des responsabilités sur une partie des pays de la zone Asie et de l'Océanie.

De quelle région es-tu originaire et où habites-tu ? Je suis originaire d'un petit village de 400 habitants au sud de la Seine et Marne / Ile de France. Je suis expatrié depuis 2005 en Belgique, à Braine L'Alleud.

De quel sport viens-tu ? J'ai pratiqué le rugby pendant toute mon adolescence jusqu'au moment d'une blessure aux vertèbres cervicales à l'âge de 25 ans. J'ai ensuite pris quelques responsabilités d'encadrement et de formation.

Quand as-tu commencé le triathlon ? J'ai toujours pratiqué la natation, le vélo et la course à pied en complément ou en hors saison sans toutefois jamais enchaîner les trois disciplines. J'ai même récemment retrouvé chez mes parents mon vélo de premier communiant (un vélo de course de marque Peugeot équipé d'un prolongateur … le matériel a bien évolué depuis). J'ai vraiment commencé le triple effort en 2009.

Pourquoi avoir choisi l’ultra distance ? Cela a été plus un cheminement qu'un choix. J'ai d'abord débuté ma première année avec un 70.3®, le Triathlon Longue Distance de l'Alpe d'Huez et le Chtriman de Cambrai avant de m'essayer l'année suivante sur un double ultra triathlon (7.6 – 360 – 84.4). J'ai basculé dans l'ultra distance je pense pour plusieurs raisons, la première par mes relatives bonnes performances, la seconde ensuite mais je crois la principale pour l'ambiance particulière qui règne au sein de cette famille un peu spéciale. L'ultra comporte une dimension humaine et un rapport aux autres que je n'ai pas trouvé sur d'autres formats à caractère plus commercial. C'est un état d'esprit où le dépassement de soi est encore plus présent que sur les formats de triathlon traditionnels et où le respect entre tous les concurrents qu'ils soient compétiteurs ou simples finishers est encore plus marqué. Chacun se connaît à la fin d'une épreuve.

Quelles sont tes expériences en matière d’ultra ? Plusieurs dizaines de milliers de kilomètres parcourus que ce soit à l'entrainement ou en compétition, 5 triathlons demi distance, 12 triathlons complets ou équivalents dont 6 en 6 jours consécutifs, 9 double ultra triathlons (7.6 – 360 – 84.4), 2 triple ultra triathlons (11.4 – 540 – 126.6), un 48 heures de course à pied sur tapis, des places de troisième au challenge mondial d'ultra triathlon en 2012 et en 2013. Le X Challenge en 2014 (76 km de natation, 3600 km de vélo et 270 km de course à pied en 20 jours), la traversée de la Manche avec combinaison en 2015, le Tour de France en 11 jours et 20 heures en vélo (le Détour France) en 2016.

Quel est ton plus beau souvenir en compétition ? Ils sont nombreux car chaque course possède un caractère particulier et chaque compétition comporte une dimension émotionnelle forte exacerbée par les heures d'effort. Mes meilleurs souvenirs sont vraisemblablement tous les mano a mano que j'ai pu avoir avec Charles Kemeny (USA), Kamil Suran (CZE) ou Steve Harvey (GBR) pour nos luttes sur les podium. Ma victoire sur le Double Enduroman UK en 2012 où je termine avec 10 minutes d'avance sur Steve après 24 heures d'effort est certainement mon plus beau souvenir. Un respect mutuel doublé d’une grande amitié sont nés ce jour-là.

Combien d’heures par semaine t’entraînes-tu ? En saison basse je m'entraine environ 20 heures par semaine pour monter à des pics de plus de 40 heures en périodes de charge. J'effectue bi-quotidiennement mon trajet domicile-travail (20 kilomètres minimum) en vélo ou course à pied ce qui me permet de gagner aisément deux à quatre heures de charge. Je m'accorde en général 3 à 4 semaines de repos presque complet dans l'année après mes compétitions.

Quel est ton sport préféré ? Incontestablement le vélo, mon point fort.

Quelle est la séance d’entraînement que tu préfères ? A la fois mes longs raids solitaires de nuit ou au petit matin, en forêt, à la lumière de ma lampe frontale mais aussi le moment où je rejoins mes camarades d'entraînement pour courir mes 30 derniers kilomètres ou parcourir mes 100 derniers kilomètres de vélo. Les premiers ont un effet reposant, les seconds ont souvent un effet libérateur.

Quelle est la séance d’entrainement la plus folle que tu as déjà réalisée ? Une séance hivernale de dix heures de rouleaux afin de préparer le Double Anvil Florida Triathlon en 2012.