line-blue
Une journée au bureau ovale
DECEMBRE 2015

Une journée au bureau ovale

Au grand jeu de l’oie, je suis rentré tard dans la partie. J’ai fait un neuf au premier jet de dés. Mais à l’approche de la case 58, le doute s’est installé.

Alors effectivement quand l’un de mes partenaires m’invite sur la piste olympique du vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines et que je rentre sous le dôme … Une piste de 250 mètres de long sur 8 mètres de large, des virages inclinés à 44°, le néophyte que je suis est plus qu’impressionné. Je suis au bord de la case 58.

Cette première initiatique se fait sous la direction de Jean-François Guiborel surnommé "La Guibole", plusieurs fois champion de France sur piste et champion du monde militaire. Quand Jean-François parle, tu l’écoutes. Il y a des règles d’étiquette sur un anneau. Le plus simple restera de prendre sa roue sur la piste. Familiarisation rapide avec le pignon fixe, un braquet de 46x14 pour une roue de 680 mm de diamètre (pneumatique compris), soit 7 mètres et un centimètre parcourus par tour de pédale, des manivelles un peu plus courtes que le vélo de route et c’est parti pour quelques tours de parquet.

Plusieurs tours sur la Côte d’Azur (la bande d’arrêt d’urgence) et puis on attaque progressivement les lignes. La ligne de mensuration tout d'abord, 250 mètres à Saint-Quentin, puis la ligne des sprinters, la ligne des stayers … Les sensations sont assez surprenantes, c’est un peu les montagnes russes, tu montes dans l’entrée des virages en essayant de décélérer au minimum (et donc en poussant plus fort sur les pédales) et tu plonges en accélérant et tu recommences … Garder une vitesse régulière est un challenge. Prendre un virage sur une pente à 45° reste une expérience assez déstabilisante. L’énergie cinétique d’accord, mais l’adhérence ? Je relâche l’épaule intérieure tour après tour, je décrispe les mains du guidon. Je prends confiance mais je reste concentré sur les lignes. Deux variables pour réguler la puissance : la force et la vitesse. Les jambes tournent mais malgré un "simple" 46x14, un peu plus de force ne me serait pas inutile: un axe de travail pour ma préparation hivernale. Les meilleures choses ayant une fin, il faut maintenant laisser la place aux tenanciers du lieu, accessoirement membres de l’équipe de France.

Deux mastards. Le genre de ceux que je trouvais à ma gauche et à ma droite à mon ancien poste de talonneur dans la mêlée; le genre de ceux qui passent les portes de profil; le genre de ceux qui se font griller des tartines à 700 watts tous les matins en branchant le grille-pain sur leur home-trainer à titre de réveil musculaire, le genre de ceux qui ont un centre de gravité proche du sol. Ces deux-là sont vraisemblablement tombé dans la marmite en étant petits. Le vélo, dans toutes ses pratiques, rend humble. Ces deux-là tournent tranquillement les jambes mais rentre en scène une petite demoiselle, sobrement vêtue de blanc, mais d’un blanc barré d’un arc-en-ciel. Lancée derrière un derny … ‘’A combien elle tourne la demoiselle ? Elle doit être à 60 kilomètres par heure environ … Ah …’’. Puis nous parlons de Jean Michel Richefort, qui a parcouru un Paris-Toulouse sur l'anneau le week-end précédent pour le Téléthon - soit la meilleure performance française en 24 heures sur vélodrome couvert - à l'âge 62 ans. Cela donne des idées … "Il tournait tout à l'heure quand tu es arrivé !!!". Dommage, un rendez-vous raté, j'aurais bien aimé le rencontrer.

Dernier lancer de dés. Arrivée en case 63. C'était ma journée en direct du bureau ovale.

Merci encore à Etixx Sport Nutrition pour ces superbes moments …

Commentaires
Ajouter un commentaire
plus
close
Prénom :
Email :
Commentaire :
Merci pour votre commentaire.
Celui-ci s'affichera ci-dessous après validation.